fbpx

Blog

« Kanebni » Votre référence dans le domaine du bâtiment et de la construction au Maroc.

Types de colle et mortier pour revêtements

Colles

Les colles se sont frayées, depuis bien longtemps, un chemin dans le domaine de la construction et particulièrement dans le secteur du revêtement. A chaque utilisation et à chaque matériau, un type de colle adapté, il est alors nécessaire de s’attarder sur quelques critères de choix :

  • L’adhérence : La force maximale de rupture d’un produit de collage par unité de surface.
  • L’indéformabilité : La capacité d’un produit de collage à être déformé par une contrainte entre l’élément de revêtement et la surface de pose, sans qu’il y ait rupture d’adhérence.
  • La fluidité : Propriété rhéologique (viscosité, fluidité) ou de mouillage qui permettent la technique du simple encollage pour de grands formats.
  • Le temps d’ajustabilité : Délai maximal pendant lequel il est encore possible de rectifier le positionnement d’un élément de revêtement dans le produit de collage, sans que l’adhérence finale n’en soit altérée.
  • Le temps ouvert : Délai maximal pendant lequel les éléments de revêtement peuvent être collés sur la surface de pose une fois celle-ci encollée, tout en assurant la qualité d’adhérence souhaitée.

Les colles sont vendues liquide, gel, en poudre, en forme solide à chauffer, en pâte ou en mortier-colle. Elles sont soit des colles de contact, c’est à dire à prise physique (le solvant s’évapore, et la colle durcit) ou bien rétractives, à prise chimique (la colle durcit grâce à une réaction chimique). Ces deux grandes catégories regroupent des colles de toutes sortes, on en cite :

  • Colle à base solvantée

Cette colle physique est, comme son nom l’indique, à base de solvants. Ces derniers s’évaporent au bout de quelques secondes seulement. Elle s’applique en fines couches pour être généralement utilisée dans le collage d’éléments poreux, notamment le papier peint, le cuir, le liège, le bois et les éléments stratifiés.

  • Colle à dispersion

Assez répandue, la colle à dispersion est un mélange (liant + eau) à dispersion aqueuse (le solvant est remplacé par de l’eau) stable et homogène. Le liant utilisé est choisi en fonction de la nature du support sur lequel la colle sera appliquée. Le méthylcellulose ou l’amidon pour les papiers peint, l’acétate de polyvinyle pour le bois ou encore l’acrylique pour le liège et les matériaux souples.

  • Colle mono et bi-composants

Ces colles sont moins utilisées à cause de leur coût élevé, mais leurs avantages justifient largement le prix. Composées de résines et de durcisseurs, elles se distinguent par leur étanchéité, leur adhérence remarquable et leur expansion qui permet de rattraper les irrégularités et de remplir les espaces vides. Les colles mono-composants contiennent des durcisseurs qui ne s’activent qu’au contact du deuxième élément réactif (oxygène ou humidité dans l’air, rayons UV…), alors que les colles bi-composants sont constituées d’éléments à mélanger dans des proportions précises avant application. Les deux durcissent grâce à une réaction chimique, elles ne contiennent pas de solvants, uniquement une résine (polyuréthane, époxydique ou acrylate), chose qui leur permet d’adhérer sur de nombreux supports et revêtements tels que le carrelage, le béton, le plâtre ou le métal et d’assurer un excellent maintien, même dans des températures extérieures extrêmes.

  • Colle néoprène

La colle néoprène est composée essentiellement de polychloroprène (appellation scientifique du néoprène) et de caoutchouc naturel en dissolution dans des solvants. Elle assure une forte adhérence instantanée, une haute tenue thermique et une très bonne résistance à l’humidité. Elle est aussi incolore, et peut être utilisée pour le collage de bois, de laminés, de PVC rigide, d’aluminium de plâtre…

On peut également trouver des colles colloïdales naturelles composées de polymères, efficace pour la fibre de verre ou le papier peint, ou encore les colles et pâtes spéciales carrelages ou PVC

Mortiers

Mélange de sable, d’eau et de liant (ciment, chaux…), le mortier est un élément essentiel au cours de tous travaux et notamment dans le revêtement. En effet, mis à part les mortiers de montage destinés à assembler les éléments de maçonnerie entre eux, il existe des mortiers conçus pour enduire les surfaces et y permettre la pose de revêtements.

  • Mortier de ragréage

Les mortiers de ragréage servent à préparer les surfaces d’une construction à la pose de revêtement. Ils rattrapent les défauts de nivellement et assurent la planéité du support. Le ragréage est très fréquemment utilisé lors des rénovations.

  • Mortier colle

Le mortier colle est un adhésif utilisé pour coller différents revêtements en intérieur comme en extérieur. Il peut être à base de ciment, de colle à dispersion ou de résine. Le mortier colle s’avère particulièrement efficace pour le carrelage, les dalles, les pierres de parement et la céramique. Cependant il ne fonctionne pas pour des supports tels que le PVC, le bois ou le métal.

  • Mortier hydrofuge

Comme son nom l’indique, le mortier hydrofuge est résistant à l’eau, il permet d’éviter les problèmes relatifs à l’humidité sur les surfaces d’une construction.

  • Mortier réfractaire

Les mortiers réfractaires sont conçus pour enduire les surfaces faisant face à des températures élevées. Sa grande résistance à la chaleur lui permet d’enduire le foyer d’une cheminée par exemple.

  • Mortier bâtard

Ayant une composition proche du béton, le mortier bâtard est utilisé pour sceller des blocs, mais il peut également être appliqué en enduit sur un mur ou pour réaliser une chape afin de rattraper les défauts de surface, assurer une planéité de sol et permettre une pose saine et homogène des revêtements.

LEAVE A COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *