fbpx

Isolation

« Kanebni » Votre référence dans le domaine du bâtiment et de la construction au Maroc.

  • Isolation thermique et acoustique

La meilleure façon d’assurer une température ambiante agréable et de lutter en même temps contre les factures de chauffage trop élevées, est d’avoir recours à l’isolation thermique de sa maison. Quel que soit le type de chauffage que vous utilisez, un bâtiment mal isolé perd beaucoup d’énergie et en demande toujours plus. L‘isolation thermique permet de garder à l’intérieur, l’air frais en été et chaud en hiver, empêchant la température extérieure de briser cet équilibre. L’isolation thermique assure ainsi une régulation continue de la température, et une bonne qualité d’air. Dans un bâtiment, toutes les parties en contact direct avec l’extérieur ont besoin d’une isolation thermique efficace : toiture, murs et bien sûr fenêtres. On peut ajouter à cette liste le sol du rez-de-chaussée, souvent oublié et pourtant important. Si ces éléments sont mal isolés, on peut estimer que pratiquement 80% de la chaleur émise par le système de chauffage s’échappe.

L’isolation phonique ou acoustique est également très importante puisqu’elle a pour objectif d’éviter la propagation du bruit. Celui-ci étant de deux natures, solidien ou aérien. Le premier est sous forme de vibrations d’éléments de construction ou de bruits d’impact qui correspondent à des chocs sur les murs ou les planchers, comme les pas des voisins du dessus, ou des bruits d’équipements comme les ascenseurs et les robinetteries. Le deuxième désigne les bruits qui se propagent directement dans l’air, comme les bruits extérieurs causés par la circulation, les piétons, les activités urbaines, ou encore les bruits intérieurs causés par les voix, la télévision, les différentes installations, le voisinage…

Les isolants thermiques et acoustiques peuvent être classés en trois grandes catégories, à savoir :

  • Les isolants naturels ou biosourcés : Contenant les isolants naturels en fibres végétales (chanvre, paille, liège etc…), ainsi que les isolants naturels en fibres animales (laine de mouton, plume de canard etc…).
En savoir plus sur les isolants naturels ou biosourcés
  • Les isolants minéraux : Isolants provenant de minéraux notamment la laine de roche, la laine de verre, l’argile expansé, la vermiculite etc…
En savoir plus sur les isolants minéraux
  • Les isolants synthétiques : Isolants fabriqués à partir de matières organiques (pétrochimiques), on en cite le polystyrène expansé, le polyuréthane, la mousse phénolique etc…
En savoir plus sur les isolants synthétiques et autres isolants

Choisir un isolant particulier entre tous les types d’isolants proposés sur le marché n’est pas évident. Toutefois, il existe un certain nombre de caractéristiques et de coefficients, mesurées et indiquées par les fournisseurs, qui permettent de sélectionner les isolants les plus adaptés aux contraintes (techniques, climatiques…) du bâtiment ou du local à isoler. Ces caractéristiques se résument en :

  • Indices de performance en isolation thermique : Comprennent l’indice relatif à la conductivité thermique lambda λ(quantité de chaleur transféré à travers 1 m² du matériau épais d’un mètre en une seconde). Mais également des indices de résistance, transmission et régulation thermique (capacité thermique, inertie, déphasage et performances hygrothermique).
  • Indices de performance en isolation acoustique : Indices définissant l’affaiblissement acoustique des bruits aériens, l’absorption sonore contre l’effet d’écho et l’efficacité contre les bruits de chocs (bruits d’impact).
  • Réaction au feu et à l’humidité : La réaction au feu de l’isolant détermine sa combustibilité, sa conduite en cas d’incendie (dégagement de fumées toxiques), et sa capacité à garder ses performances techniques face au feu. Tandis que sa réaction à l’humidité caractérise son comportement et sa résistance face à l’humidité et à la vapeur d’eau.
  • Impacts sanitaires : Les dangers sanitaires des produits isolants lors de leur pose portent principalement sur des risques de maladies respiratoires, allergiques et cutanées. Ces risques dépendent de la nature des matériaux mais aussi de l’environnement de travail et des moyens de pose utilisés. Les impacts sanitaires peuvent également émaner d’isolants posés, notamment l’émission de produits volatils nocifs dans l’air.
  • Impacts environnementaux : Définir lequel des matériaux isolants est le plus respectueux de la nature passe en premier lieu par une analyse de son cycle de vie à savoir l’extraction de matière première, la fabrication, le transport, la mise en œuvre et la fin de vie (traitement des déchets). Toutefois, plusieurs autres critères entre également en jeu, notamment la base de leur matière première (recyclable, ressource renouvelable…), leur qualité d’isolation (besoin de compléments, d’additifs ou de produits de traitement…).