fbpx

Blog

« Kanebni » Votre référence dans le domaine du bâtiment et de la construction au Maroc.

La sécurité incendie et la lutte anti-feu

Détection incendie

Les systèmes d’alarme et de détection incendie utilisent un certain nombre de détecteurs afin de localiser l’endroit de départ du feu pour le signaler et éventuellement l’éteindre le plus vite possible. Plusieurs types de détecteurs peuvent être branchés aux systèmes d’alarmes, à chacun ses particularités et son mode de fonctionnement :

  • Détecteur de fumée

Fonctionnant avec le principe d’absorption de lumière, le détecteur de fumée envoie des pulses lumineuses (dispositif rétroréfléchissant). Il mesure en permanence le niveau du signal réfléchi, une baisse du signal reçu est interprétée comme une présence de fumée.

  • Détecteur de flamme

Les détecteurs de flammes ont pour fonction de capter et signaler la présence de flammes pouvant engendrer un incendie. Ces détecteurs possèdent une cellule sensible aux rayonnements IR ou UV. Reliés à une alarme incendie, les détecteurs envoient un message électrique en cas de présence de flammes déclenchant ainsi une alerte incendie.

  • Détecteur de chaleur

Les détecteurs de chaleur peuvent capter une température supérieure à un seuil prédéterminé (détecteurs thermostatiques), ou une vitesse d’élévation de la température (détecteurs thermo-vélocimétriques). Ceux-ci peuvent engendrer de fausses alertes incendie s’ils sont mal positionnés, notamment à proximité d’un four dans une cuisine industrielle (élévation rapide de la température due à l’ouverture du four).

Lutte anti-feu

La lutte anti incendie consiste à priver le feu d’un des trois éléments essentiels à son maintien et faisant partie du triangle de feu. Ces éléments sont le combustible (Bois, papier, gaz etc…), le comburant (Dioxygène contenu dans l’air, la plupart du temps), et enfin l’énergie d’activation (Étincelle, énergie thermique, source de chaleur). La lutte anti feu relève du domaine des sapeurs-pompiers, possédant des équipements sophistiqués pour l’extinction rapide et efficace des flammes. Toutefois, il est nécessaire d’équiper votre construction de dispositifs et d’installations permettant d’éteindre un feu naissant ou d’arrêter sa propagation. Le choix de ces derniers, étant multiples, est déterminé par le type de construction ou d’espace à protéger, et le budget alloué, en respectant bien sur les exigences et les normes de protection incendie en vigueur.

  • Système d’extinction automatique

Système permettant de détecter la naissance d’un incendie et de l’éteindre en utilisant plusieurs techniques (gaz neutre, inhibiteurs, poudre, eau…)

  • Générateur de mousse

Dispositif permettant de projeter un mélange d’eau et de produits chimiques sur une grille très fine, générant une mousse efficace à l’extinction de feu.

  • Bac, réservoir et citerne

Les réservoirs et les citernes permettent de stocker l’eau et de s’en servir en cas d’incendie. Le bac anti incendie sert, quant à lui, à stocker du sable (permet d’éteindre rapidement un feu naissant), mais peut également contenir d’autres produits absorbants.

  • Robinet d’incendie armé

Sous forme d’un tuyau enroulé sur un dévidoir et relié à une arrivée d’eau, le R.I.A fonctionne comme un extincteur d’incendie intérieur. Il est conçu de manière à être facilement utilisé en cas d’incendie, sans avoir à dérouler obligatoirement l’intégralité du tuyau.

  • Poteau incendie

La borne ou le poteau incendie est un dispositif très important de lutte contre le feu. Relié à un réseau aérien ou souterrain d’eau sous pression, il permet d’alimenter les fourgons d’incendie des sapeurs-pompiers.

  • Colonne sèche

Tuyauterie installée dans les bâtiments contenant des zones difficiles d’accès en cas d’incendie (Étages immeubles, parking souterrain…).  Un tuyau d’alimentation est branché via une extrémité située à l’extérieur du bâtiment, et un autre tuyau de sortie d’eau dans la zone d’incendie, permettent à la colonne sèche de faire parvenir l’eau rapidement, sans avoir à dérouler un tuyau dans les escaliers.

  • Émulseur

Souvent en fut ou en bidon, l’émulseur est une solution aqueuse permettant la production d’une mousse très efficace dans l’extinction du feu. Il présente plusieurs types notamment, l’AFFF (Agent formant un film flottant), le FFFP (Agent formant un film flottant protéinique), l’AMM (Agent mouillant moussant), l’APPPP (Agent produisant une pellicule protectrice polyvalente, l’émulseur multi foisonnement ou l’émulseur polyvalent.

  • Extincteur

L’extincteur est généralement en forme de bonbonne cylindrique, contenant un agent extincteur (Poudre, eau, mousse…) à pulvériser à l’aide d’une poignée et d’une sortie (Tuyau, poire…). Il est disposé à l’intérieur du bâtiment de manière à être immédiatement utilisé en cas de déclenchement d’incendie, et peut être mobile, possédant des roues, ou portatif (placé sur un mur).

  • Sprinkler

Le sprinkler est un petit dispositif pouvant détecter un déclenchement d’incendie grâce à des capteurs thermiques à température fixe. Une ampoule de liquide thermoexpansible contenant une bulle d’air éclate lorsque la température de déclenchement est atteinte. Le système de pompe se met alors en marche, et le produit (Généralement de l’eau) est projeté sur la zone d’incendie.

Le désenfumage

Le désenfumage a pour objectif d’extraire une partie de la fumée et des gaz emprisonnés dans un bâtiment lors d’un incendie. Il limite la propagation de l’incendie, facilite l’intervention des sapeurs-pompiers et permet d’évacuer les occupants en dégageant les circulations. Le désenfumage peut être effectué soit par apport d’air neuf et évacuation des fumées (Balayage naturel), soit par pression différentielle entre le local à protéger et celui où l’incendie est actif (Balayage mécanique), ou bien par la combinaison des deux.

  • Désenfumage naturel

Le balayage naturel est réalisé par des évacuations de fumées et des amenées d’air naturelles, communiquant directement avec l’extérieur (Exutoires, bouches, ouvrants en façade…), ou bien en utilisant des conduits en matériaux incombustibles prévus à cet effet.

  • Désenfumage mécanique

Le désenfumage mécanique utilise des extracteurs mécaniques de fumée, et des amenées d’air naturelles ou mécaniques, de manière à assurer un balayage du volume à traiter. Ceci peut être complété par une mise en surpression relative des espaces à protéger contre les fumées.

Le balayage peut alors être naturel/ naturel, naturel/mécanique, mécanique/naturel ou mécanique/mécanique. Le réseau de désenfumage est dans tous les cas, composé de gaines coupe-feu reliant extracteurs et bouches d’évacuation de fumées. L’activation de ce réseau peut être automatique ou manuelle, et doit permettre, selon les situations, de mettre en marche le système d’évacuation, de contrôler les dispositifs de cantonnement, et d’arrêter la ventilation mécanique et la climatisation dans les espaces concernés.

LEAVE A COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *